articulation

Utiliser l’ergonomie pour préserver ses articulations

De plus en plus de travailleurs et d’employés sont affectés par des douleurs chroniques aux articulations : c’est ce qu’on appelle les troubles musculo-squelettiques. Ces derniers sont dus à des conditions de travail extrême ou à un manque d’ergonomie de la zone de travail. Pensez à l’ergonomie afin de prévenir les risques de TMS et prendre soin de vos articulations. Voici ce que vous devez savoir à ce sujet.

Un TMS, c’est quoi ?

Les TMS, ou troubles musculo-squelettiques, regroupent l’ensemble des maladies affectant l’appareil locomoteur. Elles peuvent être provoquées ou aggravées par votre activité professionnelle. Principalement, la présence d’un TMS se traduit par des douleurs ou une gêne fonctionnelle plus ou moins importante dans votre quotidien.

Les principales zones concernées sont les tendons, les gaines tendineuses, les muscles, les nerfs, les ligaments, les capsules articulaires, les bourses séreuses et les vaisseaux. La plupart du temps, ils se manifestent par des douleurs musculaires, de la tendinite (inflammation d’un ou de plusieurs tendons ou gaines tendineuses) ou des syndromes canalaires (compressions d’un nerf ou d’une racine nerveuse dans une partie du corps).

Quelles sont les causes de TMS ?

Les principales causes de TMS sont biomécaniques et dues aux facteurs psychosociaux et organisationnels. Vous pouvez y être sujet à cause du stress, d’antécédents médicaux ou tout simplement à cause de l’âge.

Les facteurs biomécaniques

Ici, les principales causes de TMS sont :

  • La forte répétitivité de vos gestes
  • Les efforts excessifs comme lorsque vous portez des charges lourdes
  • Un travail qui nécessite de la précision et de la finesse
  • L’inconfort de votre posture sur de longues périodes, comme un travail nécessitant vos bras au-dessus de vos épaules

Vos gestes répétés vous amènent à solliciter continuellement les mêmes parties de votre corps. Si vous portez des gants ou êtes exposé à des vibrations et au froid, cela constituera des circonstances aggravantes. De plus, si vos mouvements nécessitent beaucoup de précision, cela impliquera des efforts musculaires accrus et vous augmenterez inconsciemment votre force de serrage.

Les facteurs psychosociaux

Une charge de travail trop lourde, une forte pression temporelle, un manque de contrôle sur votre travail,de participation aux décisions, de soutient de la part de vos collègues et de vos supérieurs hiérarchiques et les inquiétudes liées à votre avenir professionnel son autant de facteurs qui peuvent entrainer des TMS.

Les facteurs psychosociaux peuvent être source de stress pour vous si vous en avez une perception négative. En effet, les liens entre le stress et les TMS sont multiples : augmentation de la force de serrage, tension musculaire accrue, rallongement du temps de récupération… De plus, le stress contribue à amplifier votre perception de la douleur et vous rendra plus vulnérable.

Les facteurs organisationnels

Une mauvaise organisation de travail et une mauvaise ergonomie peuvent favoriser l’apparition de TMS. Par exemple, le manque où l’absence de pause, l’alternance de tâches plus ou moins sollicitâtes sur de longues durées ou une période de travail excessive peut vous exposer aux TMS. En effet, votre corps ne disposera pas de temps suffisant pour récupérer correctement. Par conséquent, l’absence de possibilité d’entraide, la dépendance aux rythmes des machines et la standardisation de votre mode opératoire nuisent à la variabilité de vos mouvements et contribuent à accroitre les risques de TMS.

Apparition des TMS selon les articulations

Les TMS sont répartis selon les différentes régions de votre corps et de vos articulations. En effet, 37 % des TMS apparaissent au niveau de la main, du poignet et des doigts, 31 % à l’épaule, 22 % au coude, 7 % au dos et 2 % au genou.

Selon les parties de votre corps, voici les différentes causes de TMS :

  • La cervicalgie : maintenance prolongée du cou en flexion ou en extension (rapprocher sa tête pour voir plus clairement, gestes nécessitant de la précision…)
  • Les TMS de l’épaule : travail prolongé avec les bras au-dessus des épaules, port de charges conséquentes, tâches répétitives nécessitant de lever le bras loin du corps…
  • La tendinite au niveau du coude : mouvements ou flexions répétées, extension ou rotation de l’avant-bras, prises nécessitant de la force (assemblages de petits éléments, vissage manuel…)
  • Le syndrome du canal carpien : flexions ou extensions répétées du poignet, appui prolongé de la paume des mains sur une surface dure, pression du bout des doigts (meulage, polissage, emballage, assemblage de pièces…)

Quelles sont les professions touchées par les TMS ?

D’une manière générale, tous les métiers sont exposés aux TMS, que ce soit un employé de bureau, un agriculteur ou un ouvrier d’usine. Toutefois, beaucoup plus de cas sont enregistrés dans les métiers de l’agroalimentaire (particulièrement ceux de la viande), dans la métallurgie, dans la construction automobile, dans les bâtiments de travaux publics et dans le domaine du nettoyage. Mais les TMS commencent aussi à se développer dans les professions d’aide et de soin à la personne tel que les aides-soignants et les auxiliaires de vie.

Comment prévenir les TMS au travail ?

Pour se prémunir des TMS au travail, il y a deux alternatives possibles.

L’ergonomie

C’est une science qui contribue à adapter votre environnement et vos conditions de travail à vos capacités et à vos limites physiques et psychologiques. Afin de rendre votre espace de travail plus ergonomique, il faut :

  • Organiser votre travail
  • Adapter votre poste de travail à l’aide de fauteuil de bureau ergonomique.
  • Réduire les distances que vous devez atteindre
  • Faciliter l’accès à votre poste de travail
  • Faciliter le déplacement des charges et des objets que vous manipulez
  • Adapter vos outils de travail
  • Limiter les vibrations auxquelles vous êtes exposés

Les gestes, les postures et l’activité physique

Pour ne pas développer de TSM, vous devez favoriser l’utilisation de gestes qui contribueront à économiser votre système musculo-squelettique autant au travail que dans la vie courante. Aussi, vous devez vous assurer de garder et d’améliorer vos conditions physiques en pratiquant des exercices d’étirements et de relâchement musculaire.

Pour ne pas avoir à subir des conséquences dramatiques (paralysie, infirmité…), vous ne devez pas négliger les symptômes des TMS. De ce fait, veillez à toujours optimiser votre espace de travail de manière ergonomique.